MES FILMS


« Eclats de Vie »
La médecine légale du vivant.

Bande annonce :

Résumé du film :

Qu’est-ce que la médecine légale du vivant ?

Pendant près d’un an, la réalisatrice a suivi quelques médecins légistes de l’Unité Médico-Légale des Yvelines.
Il s’agit de médecine légale du vivant et non de thanatologie ou autopsie.
Ces spécialistes rares exercent leur profession dans un cadre juridique très strict et interviennent exclusivement sur réquisition de la justice ou de la police.
Le film nous guide à travers le quotidien des médecins dans leurs fonctions.

En quoi consiste concrètement cette spécialité ?
La visite des personnes gardées à vue : ils décident de l’aptitude ou la non aptitude de la personne à son maintien dans une cellule de garde-à-vue.
Ils procèdent à l’examen méticuleux des consultants, victimes d’infraction pénale, qu’ils reçoivent après leur dépôt de plainte.
Cela recouvre : les agressions physiques et psychologiques, les agressions sexuelles, viols et autres actes de violence subis.

Ils peuvent être requis pour une levée de corps, lors d’une mort suspecte, ils interviennent également, pour effectuer une évaluation de l’âge osseux de certaines personnes sans papiers d’identité.

Le regard humble de la réalisatrice se pose sur ces situations douloureuses en privilégiant, la prise en charge des personnes victimes.

« Eclats de vie » est un film unique de par le sujet choisi et son traitement pudique.
Ainsi, la réalisatrice restitue t-elle, des pans de vie déchirés, avec beaucoup de respect et d’humilité.
C’est ce regard, qui permet à certaines séquences bien que très émouvantes de rester toujours dignes.

En effet, à aucun moment, Elisabeth Piermé Boï ne glisse dans le voyeurisme. Ce documentaire nous invite à découvrir un métier totalement méconnu par le grand public.
Il permet également d’assister à des scènes où l’intensité émotionnelle installe une empathie authentique avec les personnages et les révélations et de s’ouvrir, de comprendre l’autre.

C’est en cela, que sa diffusion concerne un large public.
Il représente par ailleurs, un excellent support d’enseignement et de débat pour les professionnels de la médecine notamment. Tous ceux qui interviennent dans l’action sociale, la prévention et l’insertion, les professionnels des milieux pénitentiaires, ceux qui appartiennent aux corps de gendarmerie ou de police, les instances judiciaires, ainsi que toutes les associations et ONG qui œuvrent à l’accompagnement des victimes, pourraient en visionnant ce film beaucoup apprendre.

Fiche technique :

Sujet : La médecine légale du vivant et l’accueil de la personne victime d’infraction pénale.

Genre : film documentaire,
Format : numérique,
Durée : 92 minutes,
Année : 2006,
Support : DVD,
Disponibilité : immédiate,
Public : grand public et professionnels concernés,
Particularité : sujet inédit.

Ecriture et réalisation : Elisabeth Piermé Boï,
Image et son : Elisabeth Piermé Boï,
Montage : Christian Nourry,
Trucage : Etienne Jeandel,
Post-production son : Antonin Gouzet,
Musique : Stéphane Kara.

Le film est disponible en version française sur support DVD.
Pour le voir en VOD, c’est ici : http://www.filmsdocumentaires.com/auteurs/446-elisabeth-pierme-boi


« Je veux qu’on m’aide ! »
Travailleur social ?

Bande annonce :

Résumé du film :

« Je veux qu’on m’aide ! » c’est un appel au secours, un cri de désespoir qui retentit dans un huis-clos où, situation après situation, l’émotion nous habite et nous maintient dans une relation d’empathie forte avec les personnes qui poussent la porte du bureau du travailleur social, Madame Colette Lefêbvre.

Le film compose une mosaïque de dix rencontres intimes, il invite à l’écoute et interpelle sur des parcours de vie parfois si chaotiques.
Le travailleur social exerce ses fonctions non pas dans les locaux de la ville, mais dans un commissariat de police de l’ouest parisien. Celui de Mantes la Jolie.

Pendant près d’un an, la réalisatrice a posé son regard sur le quotidien de Mme Lefêbvre, investie dans l’aide aux personnes.

De cette immersion, est né « Je veux qu’on m’aide ! », un documentaire vérité, emprunt d’humanité qui témoigne à la fois de l’implication professionnelle de cette femme et
de sa juste compassion vis-à-vis des personnes en détresse.

Ce film reflète également une démarche éthique de la part de la cinéaste qui approche le coeur de traumatismes humains dans un réel respect des personnes
et des histoires, s’interdisant tout jugement.
Afin de gagner la confiance, à la fois de Madame Lefêbvre et de toutes les personnes en détresse qui viennent la solliciter, le temps et la patience furent nécessaires.

Fiche technique :

Sujet : immersion dans le bureau d’un travailleur social en poste dans un commissariat de police

Genre : film documentaire,
Format : numérique,
Durée : 51 minutes,
Année : 2007,
Support : DVD,
Disponibilité : immédiate,
Public : grand public et professionnels concernés,
Particularité : « Lorsque les gens viennent me voir, c’est qu’ils n’ont plus aucun recours. » Colette Lefêvre, travailleur social.

Ecriture et réalisation : Elisabeth Piermé Boï,
Image et son : Elisabeth Piermé Boï,
Montage : Charles Floc’h – Elisabeth Piermé Boï
Trucage : Nina Bello,
Post-production son : Philippe Chauveau.

Le film est disponible en version française sur support DVD.
Pour le voir en VOD, c’est ici : http://www.filmsdocumentaires.com/auteurs/446-elisabeth-pierme-boi


« La pensée confettis »
Paroles d’enfants.

 

Bande annonce :

Résumé du film :

Août 2011, la réalisatrice, organise la rencontre et recueille les pensées et paroles d’ enfants.

L’amour, la mort, les conflits …Voici quelques-uns des sujets abordés librement par Roxane (7 ans), Barbara (11 ans), Noémie et Ulysse (13 ans).
Une fois encore, il s’agit de donner la parole aux enfants.
Comment vivre sa différence ? Comment gagner le respect ? Le film propose la restitution de ces échanges, réflexions avec la complicité bienveillante de la réalisatrice.

Que se passe t-il lorsque après avoir, observé, écouté, l’on propose à un groupe de quatre enfants, entre 7 et 13 ans de réfléchir et s’exprimer sur des sujets qui les intéressent, les interpellent ?

Que va t-il en « sortir » ? Les trois filles sont soeurs, ce qui induit un tissage relationnel, plutôt complexe, en tout cas « moins » évident, du fait des enjeux et jeux affectifs existants déjà entre elles.
Le jeune garçon, lui ne les connaît pas et c’est peut-être tout l’intérêt de sa présence à la fois détachée et « perturbatrice » dans ces séances d’échanges d’idées et de perspectives.

Ce film, offre un réel intérêt de discussion, de débat et d’ouverture à l’autre, à soi aussi peut-être.
Voici donc, un documentaire avec de enfants, abordant des sujets qu’ils ont eux-mêmes choisis, et qui propose une fantastique matière à réfléchir, à échanger et à créer peut-être du lien. « La pensée confettis » est un film à partager dans une famille, une salle de classe, etc. Il représente un outils précieux pour tous ceux qui s’intéressent à l’humain et à la parole des enfants, plus encore.

Fiche technique :

Film documentaire de création : 51 mn
Format: HDV
Année de production : Août 2011 – Janvier 2012
Écriture et réalisation : Elisabeth Piermé Boï
Images : Nina Bello et Guillaume Leroy
Production Déléguée : Les Films A Vivre
Coproduction : Marcelle della Faille
Postproduction : Les Films A Vivre
Partenaire : ECM Le Chaplin
Montage son et image : Nina Bello et Elisabeth Piermé Boï
Mixage : Gilles Lombard
Musique : Olivier Chiroux

Le film est disponible en version française sur support DVD.
Pour le voir en VOD, c’est ici : http://www.filmsdocumentaires.com/auteurs/446-elisabeth-pierme-boi


« La Vivre, la légende »

Bande annonce :

Résumé du film :

Août 2008, Ulysse, un jeune garçon de 10 ans part à la découverte de la légende de la Vivre, apparue à Couches en 1328. Le film propose une promenade dans le temps, à travers la riche histoire de ce village médiéval, niché au cœur des grands crus bourguignons, qui tous les 20 ans, et ce depuis 1888, fait renaître de ses cendres la bête faramine.

Fiche technique :

Sujet : La légende de la vivre célébrée tous les 20 ans, dans un village de Bourgogne, depuis 1888.

Genre : Film documentaire de création,
Format : Numérique HD, couleur,
Durée : 52 mn,
Année : 2008,
Support : DVD,
Disponibilité : Immédiate,
Le candide : Ulysse Piermé
Public : Tout public,

Particularité : Événement exceptionnel avec un intérêt anthropologique et social réel.

Écriture et réalisation : Elisabeth Piermé Boï
Images :
Gregory Adnot,
Nina Bello,
Maud Boivin,
Quentin Dumas,
Charles Floc’h,
Elisabeth Piermé Boï,
Julien Pizza.
Montage :
Marlène Dutronquay,
Elisabeth Piermé Boï.

Illustration sonore et mixage : Philippe Chauveau.

Production et post-production : Les films à vivre.

Le film est disponible en version française sur support DVD.
Pour le voir en VOD, c’est ici : http://www.filmsdocumentaires.com/auteurs/446-elisabeth-pierme-boi



« Regards croisés, paroles mêlées »
Droit des enfants

Bande annonce :

Résumé du film :

Film sélectionné à la Biennale de Montrouge 2009, et au Festival la Normandie et le Monde.

Pendant deux mois, la réalisatrice a partagé des journées entières dans une classe de CM2 à l’école Jean Lolive, ainsi que dans la classe spécialisée dans l’accueil d’enfants malades ou handicapés de l’école « Plein air ». Ces deux établissements sont situés à Pantin, le tournage a eu lieu entre septembre et novembre 2005.

Pour mémoire, cette période fut celle de mouvements très violents dans les banlieues et en particulier dans le département de Seine St Denis où se situe Pantin, or les rencontres furent toujours colorées par la joie, la curiosité et la motivation de chacun.

L’objectif était donc de proposer aux enfants de s’exprimer sur les notions de droit, à travers la déclinaison de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

Le film « Regards croisés, paroles mêlées » témoigne de la réelle conscience qu’ont nos enfants du droit en général et de leurs droits en particulier.

Il dit le lien qu’établissent de fait les enfants, entre les droits et les devoirs, les règles, que chacun sait avoir à respecter.

« J’ai réalisé ce film, évidemment pour recueillir la parole des enfants, mais celle-ci ne peut rester figée. Et ce documentaire appelle à échanges, à débats, y compris au sein des familles.

Si l’aspect pédagogique du projet est réel, le film se veut un outil, un prétexte d’ouverture, de rencontres et de débats.

Je souhaite que « Regards croisés, paroles mêlées » ouvre la voie à d’autres projets participatifs dans une démarche éducative optimiste et constructive. »

Elisabeth Piermé Boï

Fiche technique :

Sujet : le droit des enfants, réfléchi et débattu par des enfants,

Genre : film documentaire,
Format : numérique,
Durée : 32 mn
Année : 2005,
Support : DVD,
Disponibilité : immédiate,
Public : grand public y compris les enfants dès 7 ans,
Particularité : invite aux échanges, en particulier dans les familles et les classes.

Ecriture et réalisation : Elisabeth Piermé Boï
Image : Jean Louis Autret
Montage : Christian Nourry
Prise de son et mixage : Paul Eric Rouvière

Le film est disponible en version française sur support DVD.
Pour le voir en VOD, c’est ici : http://www.filmsdocumentaires.com/auteurs/446-elisabeth-pierme-boi

 


 

« Une fanfare, Notre fanfare »

Bande annonce :

Résumé du film :

Ah la fanfare …

« La Musique. C’est un cadeau de la vie. Ça existe pour consoler.Pour récompenser. Ça aide à vivre. » M. Tremblay

Mes souvenirs de fanfare … Les drapeaux qui pavoisent, un 14 juillet ou une fête de village autour des stands de tir, des manèges, de la barbe à papa et des pralines fumantes !
Et aussi les majorettes en tenue endimanchée, le corps gainé par une jaquette boutonnée de pépites d’or rutilantes et une jupe très courte qui libère leurs jambes bronzées en toute saison.
Le port altier, les yeux rieurs, elles sourient sous leur coiffe raide. Elles frappent du talon en jonglant avec leur bâton blanc et or … au rythme des airs connus que les musiciens jouent en marchant derrière les jeunes filles. Je me rappelle l’excitation et les « hourras ! » de la foule bigarrée qui se presse sur les trottoirs. Les plus petits, perchés sur les épaules des grands frères ou des pères se tortillent en frappant dans leurs mains. C’est la fête, l’euphorie même, rythmée par les cymbales, les grosses caisses, les tambours et les trompettes, un défilé d’instruments visibles de tous qu’en de rares occasions ! Pas de fête de village sans LA FANFARE !

Ce type de formation méconnue dans les métropoles, objet d’admiration ou de condescendance, représente dans les campagnes une opportunité rare d’apprendre la musique. La fanfare de Tourny fait exception à la règle de l’apprentissage laborieux, onéreux et élitiste. Elle se distingue par l’accueil de personnes qui n’ont jamais étudié un instrument et qui, s’ils sont réfractaires au solfège se verront proposer des supports et méthodologies d’apprentissage adaptés à l’instrument ainsi qu’au musicien novice. Et puis toutes générations confondues et quelles que soient les origines socioculturelles, le désir d’intégrer le groupe sera accueilli avec enthousiasme. Les cours sont gratuits et les instruments de musique sont fournis. Ils se produisent lors de défilés, sous les regards gourmands des badauds, et proposent aussi des concerts notamment dans des églises où ils font « salle » comble.

Ils offrent l’exemple d’une véritable passion musicale populaire et accessible au plus grand nombre. La musique, une passion partagée, voire un mode de vie. Voilà ce que propose cette fanfare éminemment humaine, démocratique, inventive.

Fiche technique du film :

Documentaire de création 26mn-hdv – 2015
Prises de vues : Nina Bello, Guillaume Leroy, Elisabetta Piermé Boï, Ulysse Piermé.
Prise de sons et mixage : Guillaume Milon
Montage image et son : Nina Bello, Elisabetta Piermé Boï
Réalisation : Elisabetta Piermé Boï
Postproduction : ECM Le Chaplin

 

Le film est disponible en version française sur support DVD.